Digory Kirke

Publié le par Le Point de Suspension

Petit campagnard parachuté à Londres, Digory est un garçonnet intelligent, courageux et curieux. Sur l'illustration originale du livre, il est doté d'une tignasse brune hirsute et d'un costume marron à culottes courtes.

 

Des vacances mouvementées

Sa mère étant mourante et son père ayant dû rejoindre les Indes, Digory se retrouve bien seul chez son oncle et sa tante, M. Andrew Keterley et sa soeur Miss Letty Keterley, deux vieux célibataires. Heureusement, sociable, avide de découvertes, Digory ne tarde pas à faire la connaissance de sa petite voisine Polly Plummer avec qu'il se lie d'amitié.

Les deux enfants sont en vacances scolaires, si tant est qu'ils fréquentent une quelconque école habituellement, nous sommes en effet au début du XXe siècle, il est tout à fait possible qu'ils aient des cours à la maison... En tout cas, ils disposent de temps libre qu'ils emploient à explorer les greniers et les passages ménagés entre les maisons de leur rue.

L'oncle magicien

C'est ainsi que Digory va se retrouver, avec Polly dans son sillage, dans un lieu où il n'a pas le droit d'entrer : le mystérieux cabinet de travail de l'oncle Andrew. Car, on l'a dit, Digory est un enfant curieux, qui aime acquérir des connaissances, découvrir de nouvelles choses, voir par lui-même de quoi il retourne et dans ses explorations, il se trompe de porte et se retrouve nez à nez avec Andrew. Ce bizarre individu possède un local fermé où il se livre à des activités magiques. Certes, Andrew est un magicien de pacotille, bête et vaniteux, mais il est tout de même le filleul de la dernière des fées britanniques et l'inventeur de bagues merveilleuses qui permettent de se rendre d'un monde à un autre monde parallèle. C'est ce que vont découvrir les deux enfants en pénétrant dans le bureau du magicien où se dernier va les manipuler pour leur faire essayer les bagues qu'il n'a pas le courage de tester lui-même.

Dans un monde parallèle

La curiosité et le goût de l'aventure de Digory sont poussés à l'extrême quand ils parviennent dans un monde étrange et figé : c'est là que Digory s'oppose assez violemment à la raisonnable et prudente Polly pour parvenir à ses fins et aller très loin dans l'exploration. Trop loin vu qu'il réveille Jadis, la terrifiante reine de la cité de Charn, la sorcière blanche, dont le réveil marque le début des aventures de Narnia mais aussi le début des problèmes. Il leur faudra une bonne dose de courage et de bon sens pour survivre aux péripéties qui vont découler de la découverte des bagues magiques qui leur permettent l'accès au monde de Narnia à la création de laquelle ils vont assister.

Ce monde merveilleux où l'autorité spirituelle est détenue par un lion majestueux nommé Aslan ("lion" en turc) et où les animaux parlent est le point de départ d'aventures diverses auxquelles prendront part d'autres enfants au fil du temps. En effet, Aslan envoie Digory chercher une pomme magique qui lui permettra de soigner sa mère, de cette pomme Digory obtiendra aussi un pommier avec le bois duquel il fera une armoire qui sera la porte entre Narnia et notre monde. C'est ainsi que plus tard, Peter, Edmund, Susan et Lucy Pevensie pourront passer dans le monde de Narnia depuis le manoir de Digory, devenu le respectable et vieux professeur Kirke, où ils séjournent pour échapper aux bombardements de Londres pendant la Seconde Guerre mondiale. Digory, resté célibataire, vit alors seul avec sa gouvernante et trois servantes en rase campagne dans une belle maison classée monument historique et visitée par des dizaines de touristes.

Narnia ou des générations d'enfants plongés dans la fantasy

Digory est Le Neveu du Magicien (The Magician's Nephew), premier tome d'une série de sept regroupés sous le titre en français des Chroniques de Narnia de C.S. Lewis. Premier tome dans la chronologie de la série, dans l'ordre de lecture, Le Neveu du Magicien a pourtant été édité après cinq autres tomes, en 1955, alors que le premier tome était paru en 1950 (Le Lion, la Sorcière Blanche et l'Armoire Magique).

L'illustration du roman a été confiée à Pauline Baynes, célèbre illustratrice de livres pour enfants qui a été présenté à Lewis par son ami J.R.R. Tolkien.

L'article de Wikipédia sur Le Monde de Narnia est très intéressant, il passe en revue les accusations de racisme, sexisme, néo-fascisme, trop de catholicisme ou trop de paganisme, etc. dont font l'objet les livres de Lewis. On peut consulter aussi avec profit un article du site Elbakin.net sur le sujet.

Il n'en reste pas moins que Le Neveu du magicien, tout comme Prince Caspian et tout le reste de la série, est formidable.

 

Commenter cet article