Dorian Gray

Publié le par Le Point de Suspension

Dorian Gray

« Une admirable créature sans cervelle », « une simple et belle nature », « vaniteux, négligent » : d'emblée l'individu pose problème. Qui est Dorian Gray ? Un imbécile ? Un ange ? Un triste sire ?

Dorian Gray est très beau. Il exerce une fascination sur les gens. Il inspire un peintre, Basil Hallward, qui le considère comme « un motif d'art » et fait un portrait de lui qui constitue son chef d’œuvre (au passage, notons le nom curieux du peintre : hall = salle, ward = salle).

Une vie qui commence tristement

Quand le lecteur fait sa connaissance, Dorian est un jeune homme d'une vingtaine d'années aux yeux bleus, aux cheveux blonds, possédant une grâce et une candeur qui le rendent charmant. Il est le fils d'une jeune héritière, Margaret Devereux. Belle et riche, Margaret a fait un mariage au-dessous de sa condition avec un jeune militaire. Le père de Dorian a été tué en duel peu après le mariage. Vraisemblablement, le duel n'a été qu'un assassinat déguisé commandité par Lord Kelso, le père de Margaret et grand-père de Dorian. La jeune et malheureuse Margaret suit très vite son mari dans la tombe, laissant le petit garçon orphelin. Héritier d'un lord, Dorian a pourtant été négligé par sa famille.

Il ne s'est jamais réellement rendu compte de sa beauté, de l'effet qu'elle faisait sur les autres et de son impermanence. C'est quand il voit son portrait peint et quand Lord Henry, ami du peintre, l'exhorte avec beaucoup de cynisme et de volonté de manipulation, à profiter de sa jeunesse éphémère et de son charme, à chercher toujours la Beauté dans la vie et à ne se préoccuper que d'elle, que Dorian est frappé par le pouvoir de ses propres traits, par la conscience de sa flétrissure future et par sa propre mortalité. Il en éprouve une telle douleur et une telle terreur qu'il engage son âme contre l'obtention de la beauté éternelle et de la jeunesse sans fin. Évidemment, il ne sait pas en cet instant où il contemple son portrait que cette engagement spontané et irréfléchi va avoir des conséquences tragiques.

Un homme manipulé

Dès lors, Dorian Gray devient le sujet d'étude préféré de Lord Henry qui se plaît à influencer le jeune homme et à faire son « éducation » philosophique. Dorian devient aussi un dandy : à la pointe de la mode, homme au goût très sûr, il fascine le tout-Londres et particulièrement les jeunes aristocrates. Mais ce qu'il désire n'est pas être un arbitre du bon goût, du moins pas seulement, il veut être le créateur d'une nouvelle philosophie hédoniste centrée sur l'expérience et les sens, sans songer aux résultats ou conséquences (et sans se rendre compte que ce qu'il prône lui est complètement dicté par Lord Henry et non par sa propre conscience). Dorian est donc dans la recherche perpétuelle de sensations inédites, quitte à passer outre ses schémas personnels de pensées ou à papillonner d'un système à un autre, pourvu qu'ils soient reliés à une expérience sensorielle.

Le portrait change

Pendant que Dorian nage dans le luxe et l'oisiveté, collectionne les broderies, les perles, les œuvres d'art, les morceaux de musique, etc., son portrait peint par Basil Hallward s'amoche de plus en plus. A tel point que Dorian est obligé de le cacher : on le reconnaît encore parfaitement sous les traits devenus grotesques, ignobles, méchants de son double de peinture.

Des rumeurs courent sur le compte de Mister Gray. On commence à se méfier de lui. Tout le monde se rend bien compte qu'il ne vieillit pas. A près de quarante ans, il a exactement le même visage juvénile angélique, la même chevelure blonde, la même peau, la même beauté qu'à vingt ans. Il semble aussi qu'une kyrielle de drames surviennent dans son entourage : des jeunes gens se suicident, sont ruinés, s'engagent dans des mariages absurdes, commettent des délits, se vouent à la débauche. Tous les riches et jeunes fils de famille de Londres qui s'approchent de Dorian Gray se brûlent les ailes, perdent l'esprit, font n'importe quoi. Et pendant ce temps, le portrait vieillit, devient de plus en plus détestable, hideux, monstrueux, fidèle reflet de l'âme épouvantable de Dorian Gray, de son caractère exécrable et de sa personnalité cruelle, manipulatrice, cynique.

Roman fantastique d'un esthète englué

Paru en 1890-91, Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray) a été écrit par Oscar Wilde. Réflexion sur le narcissicisme, le roman est également une réflexion sur l'art, sur la beauté et sur la morale. Il met en scène un homme passant pour un esthète qui tente de faire de sa vie un chef d’œuvre parce qu'il ne sait rien faire d'autre, est incapable de rien faire d'autre, de créer, d'aimer, de partager, de contribuer au bien commun. Un homme oisif qui utilise l'art et le beau pour céder à des passions malsaines. Mais si ce n'est pas un personnage attachant, il faut préciser que le pauvre n'est pas aidé : orphelin, négligé par son grand-père, solitaire, il se voit devenir au sortir de l'adolescence un objet d'amour et de tentation à cause de sa grande beauté. Son apparence physique attire les autres mais empêche qu'ils puissent voir l'individu réel derrière elle. Et malheureusement pour lui, Dorian a attiré à lui le malfaisant Henry sans voir que Basil aurait pu être un véritable ami et un guide.

Plusieurs bandes dessinées ont été adaptées du roman d'Oscar Wilde :

  • Le Portrait de Dorian Gray de Stanislas Gray chez Delcourt (2008)
  • Dorian Gray de Enrique Corominas chez Daniel Maghen (2011)
  • Le Retour de Dorian Gray de Bojan Vukic et Stéphane Betbeder chez Soleil (2012)

D'Oscar Wilde également : Le Fantôme de Canterville

 

Commenter cet article

Angeline 22/03/2017 15:20

j'aime me promener ici. un bel univers.

Nathalie 23/03/2017 18:48

Merci c'est très gentil à vous d'écrire ceci. Belles futures visites !

Angelilie 24/02/2017 21:25

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.

Le Point de Suspension 26/02/2017 20:58

Merci pour votre commentaire et pour vos visites !