Dracula

Publié le par Le Point de Suspension

chauve-sourisIci nous importe le Dracula du roman fantastique de Bram Stoker, et il est souvent assez éloigné des Dracula de cinéma.

 

 

 

Un vieux dégarni du chef et poilu des mains

Le comte Dracula est un grand vieillard, qui porte une longue moustache blanche. Il est toujours entièrement vêtu de noir. Son nez est aquilin, un vrai bec d’aigle. Il a des sourcils touffus, les cheveux rares aux tempes et abondants sur la tête, des dents pointues et très blanches, des oreilles pointues. également. Sa peau est pâle et froide comme la glace. Ses doigts sont courts et larges mais ont des ongles longs et effilés. Et, surprenant, il a les paumes des mains recouvertes de poils. Voilà pour le physique et on est assez loin des bonhommes chauves ou le cheveu gominé, vieux voûtés ou alerte jeune homme, aux longues mains, aux capes bordées de pourpre ou au plastron blanc…

 

Il n'a pas tous les pouvoirs qu'on lui prête

Il ne fait pas exploser les miroirs, car il ne s’y reflète pas, il les jette par la fenêtre quand il en voit un. Ses capacités de transformation sont très grandes et pas seulement en chauve-souris : il peut devenir brouillard ou loup entre autres. Il peut aussi provoquer une tempête, commander aux animaux de la nuit, faire de la télépathie. En revanche, il y a de nombreuses choses qu’il ne peut pas faire et qui font sa faiblesse : il ne peut dormir que dans la terre de son pays car elle a été consacrée, c’est pourquoi il est obligé de transbahuter des caisses de terre quand il voyage (peu pratique), il ne peut exercer ses pouvoirs le jour, il craint l’ail et les crucifix, etc.

 

L'horreur intégrale

Dracula est le mal absolu, la pire horreur que la terre ait portée, le vampire originel, le premier de tous et on ignore comment il l’est devenu (l’Eglise n’y est pour rien, ni la mort d’une quelconque épouse car le comte n’a pas de femme). Il ne fait pas pitié, il n’a rien d’humain, il n’est capable ni d’amour, ni de chagrin, on n’a qu’une envie c’est de le démolir comme en rêvent Van Helsing, les Harker et leurs amis dans le livre.

Personne ne tombe amoureux(se) de lui parce qu’il est moche, qu’il a une haleine à vous faire vomir et qu’il fait froid dans le dos. S’il boit le sang de ses victimes, elles ne sont jamais consentantes et elles sont inconscientes. Pour le liquider, le moyen bien connu est le pieu bien enfoncé dans le cœur (ou alors la décapitation ou une balle bénite) mais là il ne se tortille pas pendant trois heures en recevant le baiser de son aimée, non, il se transforme illico en poussière. Et voilà pour lui.

 

The vampire vu par un écrivain irlandais

Bram Stoker a publié Dracula en 1897 et ce récit reste un des meilleurs de la littérature fantastique, avec  une juxtaposition des journaux intimes des différents personnages tous plus intéressants les uns que les autres. Stoker s'est inspiré, entre autres légendes, d'un personnage ayant réellement existé : Vlad surnommé l'Empaleur était un  prince valache du XVe siècle, fils de Dracul et connu pour sa cruauté pendant la guerre contre les Turcs.

Bien sûr ce roman a été adapté et re-adapté par une foultitude de réalisateurs au cinéma, par des quantités de dessinateurs de BD, d'auteurs, de concepteurs de jeux vidéos, etc.On retiendra Nosferatu le Vampire de Murnau en 1922 et le Dracula de Coppola en 1992 avec Gary Oldman en poétique et séduisant comte des ténèbres. Sans oublier bien sûr le Dracula incarné par Christopher Lee dans plusieurs films et qui contribué à populariser un vampire grand, brun, élégant, vêtu d'une belle cape sombre dans les années 50-60. 

 

En savoir plus sur Dracula : un petit tour sur Wikipedia par exemple ! Notamment pour avoir la liste très, très longue des oeuvres adaptées du roman de Bram Stocker.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article