Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Point de Suspension ~~ Les personnages littéraires

Le Point de Suspension ~~ Les personnages littéraires

Menu
La Petite Fadette

La Petite Fadette

Petite, maigre, ébouriffée brune et laide. Moqueuse, curieuse, vive, hardie, d’humeur gaie et fine mouche. Un peu sorcière, un peu fée. Voilà de quoi se faire une idée de cette petite Françoise malicieuse de 14 ans.

 

 

 

Grelet, fadette, guérisseuse, fée

 

Surnommée Fanchon par sa grand-mère, la petite Fadette par les voisins, « le grelet » (grillon) par les enfants du village. Parmi les autres insultes dont on l’abreuve, « chat grillé » est une des plus originales. Fadet est bien le nom de sa famille, de sa grand-mère qui l’élève rudement et pauvrement, de sa mère qui a quitté son mari pour suivre les armées comme cantinière, de son père qui est mort de honte et de chagrin, de son petit frère Jeanet, dit « le sauteriot » (la sauterelle) parce qu’il est maigre, sec et boiteux. Mais fadet désigne aussi le lutin, le farfadet, c’est donc un nom qui lui va comme un gant d’après les villageois car elle est comme une lutine, une petite follette, un peu fée (fade désigne aussi une fée). Sa grand-mère est guérisseuse car elle connaît les plantes et les remèdes. Pour les gens elle n’est pas très éloignée de la sorcière, réputation dont hérite sa petite-fille qui connaît aussi bien sinon mieux que sa grand-mère les secrets de la nature.

 

Garçon manqué au grand coeur

 

Fanchon ne connaît pas les usages sociaux, livrée à elle-même, devant s’occuper de son frère, c’est une sorte de garçon manqué agile, vivant plus dans la forêt que dans le village, sans coquetterie, ni goût des belles choses, indépendante et sauvageonne. Mal habillée, mal considérée par les villageois, les enfants la craignent un peu en l’aimant parfois car elle sait inventer jeux et contes. Mais sous son aspect rude, elle possède une bonté, une générosité, un bon sens, une piété hors du commun. A sa manière, elle lutte contre la bêtise et les préjugés des bien-pensants et ne s’efforce pas de plaire aux sots et aux poltrons qu’elles n’estime pas. « Si le monde était juste et raisonnable, il ferait plus d’attention à mon bon cœur qu’à ma vilaine figure et à mes mauvais habillements » dit-elle à Landry Barbeau, le sympathique et beau jeune garçon dont elle est tombée amoureuse. Sa personnalité si attrayante finit par séduire Landry et elle fera tout pour se rendre digne de lui et obtenir le consentement des parents Barbeau pour leur mariage. Elle devient une jeune femme soignée et agréable, serviable, très appréciée de tous et riche par héritage de sa grand-mère qui cachait ses trésors gagnés lors de ses consultations de guérisseuse.

 

Un beau portrait d'adolescente

 

Qualifié de champêtre ou de naïf, ce roman de George Sand (1849) est une très belle histoire et la Fadette une attachante héroïne qu'on a un peu oubliée.