Tom Ripley

Publié le par Le point de suspension

 

prison.png

Thomas Ripley est un homme effrayant. C’est la personnification du faux-jeton amoral et sociopathe.

 

Et la prison est un endroit où, malheureusement, il n'ira jamais.

 

 

 

Sans amour mais, mince, ce n'est pas une excuse !

 

Orphelin très jeune (ses parents se sont noyés), il a été élevé à Boston par sa tante Dottie, pingre et pas tendre. Quand on fait sa connaissance pour la première fois dans « Monsieur Ripley » il est âgé de 25 ans et vit d’escroqueries à la petite semaine et de fraudes diverses à New York, où il a filé pour être loin de sa tante et devenir acteur. Mais il va de petits boulots en déceptions, se liant avec des gens qu’il trouve minables, stupides et inférieurs. Ses relations sociales le navrent parce qu’il aspire au luxe, au raffinement et à la fréquentation de la haute société. Mais par manque de persévérance, ennui, dégoût, Tom ne parvient pas à garder un emploi stable tout en se croyant promis à un grand destin. Aussi, quand Mr Greenleaf lui demande de rendre visite à son fils Dickie tous frais payés en Italie, il saute sur l’occasion : enfin Tom Ripley va prendre son envol et fréquenter de jeunes bourgeois fortunés.

 

Seulement Dickie va vite être lassé de l’amitié envahissante et ambiguë que lui voue Tom et celui-ci ne trouve pas d’autres possibilités que de tuer Dickie. Autrement dit Tom est un véritable pot de colle et quand Dickie le repousse, il ne supporte pas d’être humilié et ne voit qu’une solution : liquider la source de ses ennuis. Manipulateur intelligent et faussaire talentueux, il n’hésite pas à fabriquer un faux testament pour empocher l’héritage de sa victime et en route pour la vie de château avec la bénédiction du père Greenleaf.

 

Une vie de patachon avec Héloïse mais toujours serial killer

 

Lorsque Tom a une trentaine d’années, il épouse Héloïse, une riche héritière française avec qui il s’installe dans le domaine de Belle Ombre, un joli manoir près de Fontainebleau. Tous deux mènent une vie de dilettantes, agréable et sans histoire, prenant des leçons de musique, voyageant, buvant des cocktails chez leurs amis (chez Patricia Highsmith, on picole sec), collectionnant des tableaux, etc. La principale source de revenus de Tom provient d’un commerce de faux tableaux. Ainsi, sans travailler mais en exploitant le talent d’un faussaire avec l’aide d’amis galeristes à Londres, il profite de la douceur de vivre zigouillant de temps à autre témoins gênants et individus soupçonneux. Tom ne tue pas par plaisir car pour lui le meurtre n’est pas une fin mais seulement un moyen de préserver son mode de vie. C’est un homme qui garde toujours un impressionnant sang-froid, qui n’a que quelques vagues remords sans toutefois perdre le sommeil. Paranoïaque et égoïste, Tom reste à l’affût afin de pouvoir se débarrasser à temps de ceux qui le gêneraient mais en restant serein et élégant.

 

"The Ripliad", la série totalement immorale

 

Jamais arrêté, jamais mis en cause, jamais puni, Tom ne paye jamais ses crimes et continue à vivre confortablement jusqu’à la fin de ses jours une vie de roman atrocement immorale. Il est fascinant parce qu’il donne l’impression de contrôler totalement sa vie.

 

Tom est le héros de cinq livres (série surnommée The Ripliad par les fans) écrits par Patricia Highsmith : Mr Ripley, 1955 ; Ripley et les ombres, 1970 ; Ripley s’amuse, 1974 ; Sur les pas de Ripley, 1980 ; Ripley entre deux eaux, 1991. Il fait aussi l’objet d’une biographie à lui tout seul (pas mal pour un personnage qui n’existe pas) écrite par Paul Pavlovitch en 2005 aux Editions Ramsay). Alain Delon, John Malkovitch et Matt Damon l’ont interprété au cinéma.

 

 

 

Commenter cet article