Monsieur Crapaud

Publié le par Le Point de Suspension

http://www.wpclipart.com/cartoon/animals/frog/cartoon_toad.png

M. Crapaud vit dans un beau manoir en briques entouré d’un grand parc car M. Crapaud est riche et aristocrate.

 

Complètement cinglé...

Sa richesse lui permet de céder à toutes les tentations et à tous les caprices et M. Crapaud veut toujours être à la mode, désire toujours avoir plus, consommer plus, posséder les derniers gadgets sortis. En résumé c’est un insatisfait perpétuel qui n’a de cesse d’acquérir l’objet de sa dernière lubie et de ruminer les idées les plus folles sans penser une seule seconde aux conséquences de la-dite lubie du moment.

Inconscient, imprévisible, irresponsable, il s’enflamme pour des projets divers qu’il ne mène jamais à leur terme. Ainsi quand il se pique d’être un grand voyageur et qu’il achète une roulotte pour vagabonder sur la route (embarquant au passage ses deux amis M. Rat et M. Taupe qui ne lui ont rien demandé mais se sentent responsables de lui), M. Crapaud renonce au premier souci rencontré ou, plutôt, parce qu’une autre lubie vient de lui passer dans le crâne.

... et un peu pénible...

Pourtant il n’est pas dénué de qualités : brave type toujours de bonne humeur, il est entreprenant et fantaisiste. Ses amis l’aiment beaucoup même s’il se montre assez peu serviable en proportion de ce qu’ils font pour lui. Souvent d’ailleurs, il les appelle quand il a besoin d’eux et pour se faire mousser car il a léger complexe de supériorité et se croit malin (alors qu’il est assez stupide en général). Son inconséquence lui attire des ennuis et même la prison quand son amour pour les voitures le pousse à en voler une.

... mais si attachant

Il lui arrive quand même de faire preuve d’ingéniosité et de qualités de cœur de temps à autre. Pour conclure c’est un individu exaspérant et adorable à la fois. Le genre de personne à qui on a envie d’arracher la tête quand il se montre inconséquent et à qui on pardonne tout parce qu’on l’aime bien. Ainsi le digne et responsable M. Blaireau se fâche parfois contre lui et tente de le faire revenir à la raison tout en ayant beaucoup d’affection pour cet animal vantard et suffisant, un peu piteux mais attachant.

Dans le roman de Kenneth Grahame Le Vent dans les saules (1908) c’est grâce à lui que souvent l’aventure arrive. Si M. Crapaud n’était pas là, les trois autres héros de cette histoire, Taupe, Rat et Blaireau n’auraient pas vécu tant de choses qui ont cimenté leur indéfectible affection.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article