L'anonyme du Horla

Publié le par Nathalie, Le Point de Suspension

 

creature-fantomatique.png

X, le Normand, 42 ans, est profondément attaché à sa région et à sa maison natale près de Rouen, au bord de la Seine. Il y coule des jours paisibles et oisifs car il est assez à l'aise financièrement pour vivre sans travailler. Il semble parfaitement heureux jusqu'au jour où il voit passer un bateau brésilien sur la Seine...A partir de ce jour, X commence à se sentir patraque.

Une drôle de maladie...

Tout commence par une langueur, une légère déprime puis, à peine huit jours plus tard, une forte fièvre et une sorte d'angoisse latente qui cause à X des insomnies et une immense fatigue.

Les jours passent et X est de plus en plus déprimé et apeuré. Il se sent atrocement seul et inquiet. Mais c'est un homme énergique. Comme les remèdes de son médecin ne l'ont guère aidé, il décide de se secouer et de faire un peu de tourisme pour se changer les idées. Rien de tel qu'un voyage pour s'aérer l'esprit et le corps, pense-t-il. Comme beaucoup de gens encore aujourd'hui, il est persuadé en effet qu'un changement d'air est salutaire. Ce qui, la plupart du temps, est une erreur car on ne fait que trimballer ses problèmes avec soi ou alors si on ne les a pas emmenés dans ses valises, on les retrouve tout fringants qui nous attendent à notre retour et tout recommence. En ce qui concerne X, cela aurait pu fonctionner puisque son problème semble bel et bien lié à sa maison, sauf qu'il n'aurait pas fallu revenir... Pour l'heure, notre homme a raison et même s'il ne va pas bien loin (de Rouen au Mont Saint Michel, on ne peut pas dire que le dépaysement soit ébouriffant), il revient regonflé à bloc.

... dont il est difficile de se débarrasser

Cet homme riche, intelligent, cultivé, appartenant à la haute société, qui a une belle maison, des domestiques, ne tarde pas à retomber dans ses anciens cauchemars. Il est comme atteint d'une folie, se croit somnambule, voire se pense carrément cinglé. C'est tout juste s'il ne se met pas à croire à l'existence des fantômes et des créatures surnaturelles ! Mais X vit au XIXème siècle, une époque positiviste, et comme ses contemporains il est fermement convaincu que le Progrès et la Raison doivent gouverner le monde. De plus, il a suffisamment de connaissances dans le domaine médical et physiologiste pour savoir qu'il n'est pas fou au sens clinique du terme. Certes, le messmérisme et l'hypnotisme ont montré qu'on ne sait pas tout ce qui se trame dans un cerveau mais tout de même...

La "chose" peut-elle être détruite ?

Pourtant X est de plus en plus sûr que quelque chose lui tourne autour. Quelque chose vit dans ses parages et semble lui dicter sa volonté. X en vient à se persuader qu'une créature invisible vit chez lui, boit l'eau de sa carafe, lit ses livres, tente de le dominer et de s'approprier sa vie peu à peu. Il nomme cette chose le Horla et décide de s'en débarrasser en détruisant sa maison par le feu. Mais peut-il vraiment tuer le Horla, lequel vient de le transformer en meurtrier car dans la maison se trouvaient aussi les domestiques ? X est-il fou ou réellement sa maison est hantée par un être surnaturel ? Le Horla peut-il être détruit ? Est-il lié à la maison car, après tout, le Horla n'avait pas suivi X dans son voyage au Mont Saint Michel et ensuite à Paris ? Vient-il du Brésil où une épidémie de folie semble s'être répandue parmi les habitants ? Est-il venu par le bateau qu X a vu sur le fleuve ? Est-il l'être surhumain qui dominera le genre humain que X le soupçonne d'être ? Aucune de ces questions ne trouvera de réponses claires. En tout cas il se pourrait que X, en se sauvant lui-même de l'incendie, a permis à la créature déjà liée à lui d'en réchapper aussi.

Selon certains critiques, on pourrait appeler ce personnage Guy de Maupassant étant donné qu'on considère parfois que ce récit fantastique est inspiré des expériences hallucinatoires de son auteur. Maupassant a publié une première version de cette histoire, Lettre d'un fou, en 1885. Puis une seconde version intitulée Le Horla, en 1886. Enfin une troisième version, plus longue, a été publiée sous forme de journal intime dans un recueil de nouvelles en 1887. Ce texte est un des écrits fondateurs de la littérature fantastique française voire de la littérature de science-fiction car dans la Lettre d'un fou, Maupassant mentionne une créature post-humaine qui dominera le monde dans le futur.

Le Horla a été plusieurs fois adapté au cinéma et à la télévision. A noter une belle adaptation en album pour enfants (pas pour les tout-petits, l'histoire fiche quand même la frousse !) : Le Horla illustré par Anna et Elena Balbusso aux Editions Milan 2010.

 

Commenter cet article