Le Père Noël

Publié le par Le Point de Suspension

Pere-Noel.jpg

Eh oui ! Le Père Noël... Finalement n'est-il pas le héros de fiction par excellence pour les moins de 7-8 ans ? Il existe des centaines d'albums, de romans, de bandes dessinées, de films et autres oeuvres dont il est le personnage central : le vieux bonhomme légendaire qui dépose des cadeaux dans la nuit du 24 au 25 décembre.

 

 

 

 

Faut-il le décrire ?

Même un enfant de deux ans connaît les attributs du Père Noël tel qu'on le représente aujourd'hui dans le monde occidental, et sait le reconnaître sur une image :

  • vêtements rouges bordés de fourrure blanche (fausse fourrure sans doute aujourd'hui, il ne s'agit plus de plaisanter avec la protection du bébé phoque)
  • barbe blanche et touffue ornant un visage rubicond
  • bottes noires  et ceinturon en cuir (enfin en simili cuir plutôt pour ne pas heurter les consciences)
  • gros ventre d'où la nécessité de la grosse ceinture
  • bonnet pointu
  • oeil pétillant
  • hotte sur le dos ou quelque part dans les parages
  • traîneau volant tracté par un nombre variable de  rennes dont l'un a parfois la truffe rouge
  • parfaite connaissance des cheminées et plus globalement des maisons du monde entier
  • air débonnaire
  • âge avancé
  • parfaite connaissance des enfants et des secrets de leurs petits coeurs (petit salopiaud privé de cadeaux ou gentil gamin méritant ?)

Avec sa barbe blanche, son grand âge, sa connaissance des âmes et son système de récompenses selon les actions bonnes ou non que les enfants réalisent, il a une certaine ressemblance avec Dieu... Comme ce dernier, le Père Noël est unique malgré tous ses clones qui se baladent dans la rue en liberté courant décembre. Comme en Dieu également, on peut y croire, ne pas y croire, ne plus y croire, n'y avoir jamais cru : pour tous c'est un sujet de discussion, la seule différence c'est l'âge des argumentateurs.

 

Un être merveilleux

Le Père Noël est extraordinaire pour de nombreuses raisons. En voilà au moins dix :

  1. il sait où j'habite
  2. il sait que je suis à peu près sage tout au long d'une année
  3. il sait ce que je veux comme cadeaux, ma lettre ne fait que lui rafraîchir la mémoire
  4. il ne se mélange pas les pinceaux entre les quelques milliards de cadeaux et d'enfants
  5. il est gras et vieux mais parvient tout de même à se contorsionner dans ma cheminée
  6. surtout quand j'habite un appartement chauffé au nucléaire en plein centre de la ville
  7. il réussit à livrer des milliards de paquets tout autour de la Terre en quelques heures
  8. il parvient à avaler en quelques heures des millions de biscuits et de verres de lait
  9. son traîneau vole grâce à une race mystérieuse de rennes capables de décoller du sol
  10. il habite en Laponie finlandaise, parait-il, sur le mont Korvatunturi, dont le nom est en soi déjà merveilleux

 

Mais d'où sort-il vraiment ?

Quelqu'un, quelque part, à un moment donné a-t-il créé cet homme à la fois archi-connu et mystérieux, personnage central de milliers d'histoires, de livres et d'anecdotes ? Le Père Noël est une ordure pour certains, une victime pour d'autres (les histoires d'assassinat du Père Noël sont légion), une légende, des foutaises, un mythe, une croyance populaire ou enfantine, etc. Mais il n'a pas de créateur dénommé. Il est une somme de croyances et de contes dont les origines sont anciennes.

En effet le Father Christmas, Weihnachtsmann, Babbo Natale, Santa-Claus, vient de loin. Peut-être du moyen âge. Serait-il ce "Sire Noeus" cité par Adam de la Halle au XIIIème siècle ? Au XVIIème, certains récits parlent d'un personnage portant une pèlerine qui réchauffe l'enfant Jésus et offre des cadeaux à ses parents Marie et Joseph.

Mais le Père Noël est surtout lié directement au Saint Nicolas de la tradition chrétienne. Saint Nicolas, encore fêté dans l'est et le nord de la France, en Belgique, aux Pays-Bas le 6 décembre, a  selon la légende ressuscité trois enfants et depuis il apporte des friandises et des petits cadeaux aux enfants. Le grand manteau est déjà là ainsi que la barbe blanche et longue.

Les émigrés nord-européens partis pour le Nouveau Monde au XVIIème siècle ont bien sûr emporté avec eux leur Sint Nicolaas ou Sinter Klaas qui donne en anglais Santa Claus, le Père Noël anglo-saxon, lequel conserve les attributs du saint : barbe blanche, sens de la justice, générosité envers les enfants.

C'est encore aux Etats-Unis que cela se passe au XIXème siècle : ce serait Clement Clarke Moore, professeur et théologien, qui aurait fixé l'image du Père Noël. Dans un poème écrit pour ses enfants en 1822 et intitulé "The Night Before Christmas", Moore évoque un homme joufflu et barbu, qui porte un ballot rempli de jouets et se déplace en traîneau attelé de 8 petits rennes. La mitre du saint est devenu un bonnet, l'âne est devenu renne.Ce poème est publié en 1823 dans un journal et cette publication permit à cette version du Père Noël de se populariser en Amérique.

Au passage, cette affaire de traîneau n'est pas s'en rappeler la légende du chasseur sauvage qui attrape les enfants indociles pendant la nuit de Noël quand il passe sur son traîneau rapide tiré par des chiens effrayants. Dans certaines zones des Alpes, ce personnage inquiétant se nomme le Reicheran ou le Resseran. Mais il s'apparente plus au Père Fouettard qu'au gentil Père Noël...

Plusieurs autres auteurs américains ont contribué à façonner l'image du Père Noël à la suite de Moore. Piochant dans le vieux fonds légendaire européen et américain et dans la tradition chrétienne, ils ont brassé les images et synthétisé tout le bazar pour donner le Père Noël qu'on connaît. Par exemple Thomas Nast dessine en 1863 dans le Harper's Illustrated Weekly un bonhomme barbu au gros ventre et au manteau brodé de fourrure.C'est encore Nast, qui quelques années plus tard en 1885, décide que le Père Noël habite au Pôle Nord.

On sait que l'entreprise Coca-Cola contribua également à la création du Père Noël du XXème siècle, non pas en le créant de toute pièce mais en récupérant le personnage en 1931 pour l'intégrer dans ses campagnes publicitaires. On arrive là au Père Noël quasi définitif : rouge et blanc, grassouillet, jovial, portant un bonnet, etc. Pour la firme, c'est Haddon Sundblom qui dessine ce Père Noël rouge vif et rubicond de visage, portant un pantalon rouge et une sorte de manteau court orné d'un ceinturon. Exit le manteau long : le Père Noël moderne ne porte pas de robe-manteau-sac à patates !  

 

ça grince chez les catholiques et puis ça passe

Voilà le Père Noël bien ancré en Amérique et en Europe. Cela ne s'est pas fait sans problèmes. Surtout dans les pays de tradition catholique. Les chrétiens fêtent Noël, c'est à dire la naissance de Jésus-Christ, depuis le IVème siècle, époque où l'Eglise fixe cette date de naissance au 25 décembre. Pendant longtemps, et jusqu'à une date assez récente, les enfants catholiques étaient gâtés (relativement...) par le Petit-Jésus qui apportait quelques présents. La laïcisation progressive de la société a finit par éloigner Jésus et installer à la place le gros bonhomme rouge, et ce malgré quelques résistances : dans les années 1950 encore, des catholiques brûlent l'effigie du Père Noël devant la cathédrale de Dijon. Soixante plus tard, cela parait inimaginable en France tellement le Père Noël est devenu une institution ! Aujourd'hui il n'est plus le rival du Petit-Jésus, ils sont quasi associés en affaire. En somme, chacun bricole son noël dans son coin avec ses croyances laïques et/ou religieuses. Pourvu qu'il y ait de la dinde, des chocolats, un sapin et du papier cadeau déchiré qui voltige dans les coins.

Dans certains pays ou régions, les cadeaux sont encore apportés par différents personnages : le Christkinddle en Autriche et Europe centrale (parfois curieusement l'Enfant-Jésus apparaît sous la forme d'une jeune fille vêtue de blanc) ; En Russie c'est Babouchka qui s'y colle ; en Italie c'est la Befana, la gentille sorcière ; en Espagne et Amérique du Sud ce sont les rois mages... D'ailleurs une légende russe affirme que le Père Noël n'est autre que le quatrième roi mage !

En tout cas, qu'il soit le fils plus ou moins spirituel de Saint Nicolas, le 4ème roi mage de la Bible, le partenaire commercial du Petit-Jésus qui vient de naître, une icône publicitaire mise en avant par un marchand de boisson gazeuse, il est difficile d'échapper au Père Noël chaque mois de décembre dans le monde occidental et il est impossible de passer ici en revue tous les livres dont il est le héros.

 

Commenter cet article

vincent021 26/12/2013 20:36


Disney a adapté ce poème en 1933 dans un cartoon Silly Symphonies, The Night Before Christmas (L’Arbre de Noël) qui reprend fidèlement l'histoire "Twas the Night Before Christmas", en particulier
pour la chanson du début http://tresorsdisney.blogspot.fr/2013/12/the-night-before-christmas-larbre-de.html

rabati 15/12/2010 20:07



salut c pour dire que moi en tan que musulmane, nous ne croyons pas au père noêl parce que pour nous jésus ne c pas fait crusifié, dieu la simplement reprit à ses cotés parce que le monde à était
cruel avec lui.



Nathalie, Le Point de Suspension 16/12/2010 18:07



Bonjour Rabati


Si Saint Nicolas d'autrefois avait une relation avec la religion chrétienne, et catholique particulièrement, le Père Noël d'aujourd'hui n'a plus grand-chose à voir avec la religion. Il se trouve
que les croyants catholiques fêtent l'anniversaire de la naissance de Jésus le 25 décembre et font croire souvent (mais pas tous !) à leurs enfants qu'un gros bonhomme va leur apporter des
cadeaux. Jadis les parents disaient que c'était le "Petit-Jésus" qui apportait des cadeaux. Mais je pense que si certains musulmans ne fêtent pas Noël (mais pas tous !)  c'est plutôt qu'ils
ne fêtent pas la naissance de Jésus et non parce qu'ils croient ou ne croient pas au Père Noël. Je suppose que dans pas mal de familles musulmanes, des enfants  qui ne font pas de crèche, de
sapin et ne mangent pas de bûche chocolat à Noël, attendent leurs cadeaux de noël avec impatience et les plus petits sont persuadés que c'est bien le gros bonhomme rouge qui va leur refiler !
Qu'on croit en Jésus crucifié, ressuscité ou non, ça ne change rien à l'affaire pour les enfants, non ? Vous-mêmes n'échangez-vous pas quelques cadeaux avec des gens de votre entourage ?



Allie 12/12/2010 16:46



On doit en effet beaucoup cette image du Père No¸el à Clement Clarke Moore. Son poème est vraiment magnifique! Un très beau billet, bien de circonstance aujourd'hui :)



Nathalie, Le Point de Suspension 13/12/2010 15:23



Oui le poème de Moore est beau. Ce qui me fait penser que j'aurais dû mettre un lien dans le billet pour que les internautes puissent le lire s'ils ont envie.  Ben je vais le faire tout de
suite. Voilà ! Merci !!!