Max, le collectionneur d'instants

Publié le par Le Point de Suspension

 

chevalet-peintre.png

Max est un peintre bien mystérieux.

 

 

 

 

 

Sur une île, la musique...

Max est venu sur l'île pour peindre et dessiner. Pendant un peu plus d'un an, il vit dans un appartement au quatrième étage d'un immeuble de la rue du Port. Ce bâtiment abrite au rez-de-chaussée la Quincaillerie Buchholz et la famille qui s'occupe du magasin vit aussi dans l'immeuble. C'est ainsi que Max se lie d'amitié avec le fils Buchholz. Il aime écouter le garçon jouer du violon pendant qu'il travaille. Il aime chanter également et on voit dans ses oeuvres que la musique est très importante pour lui : les instruments sont omniprésents dans ses tableaux.

 

... et la peinture forment un cocon de poésie

Max passe des heures à peindre et à travailler ses dessins, produisant avec constance et concentration une série de tableaux qu'il ne montre à personne. Il se promène beaucoup dans l'île. Il s'assoit souvent pour observer, prendre des notes, réfléchir. De temps à autre il quitte le village par le ferry-boat avec une valise puis revient. Il  ne dit à personne où il va, ni ce qu'il fait, pas même à son jeune voisin.

Max est un peintre surréaliste et hyperréaliste à la fois : ses tableaux sont des instantanés exécutés avec une grande précision mais à l'atmosphère rendue étrange par de tout petits détails surréalistes, fantastiques, extraordinaires. Chacun de ses tableaux est une invitation au voyage, au rêve. Sa peinture évoque celle de Magritte et d'Edward Hopper.

 

Mobilité/immobilité

Grâce à un autoportrait, on voit que Max est un homme jeune, assez grand et plutôt costaud, aux cheveux blonds, vêtu d'une veste foncée. C'est un nomade, un voyageur, qui ne reste jamais très longtemps dans la même maison, ni dans la même ville. Chaque lieu lui inspire une série d'oeuvres et quand il a épuisé le filon, exprimé tout ce qu'il avait à exprimer, il s'en va. Sur cette petite île comme ailleurs il s'est installé, il a peint les images qu'il avait en tête pendant un temps non déterminé à l'avance mais juste nécessaire, puis il est reparti. Pourtant chaque image donne une curieuse impression d'un mélange de mouvement et d'intense tranquillité immobile. Même dans cet autoportrait, il y a ce délicieux et mélancolique mélange de bougeotte, d'aventure et d'enracinement dans le sol.

 

Max est un "collectionneur d'instants"

Le Collectionneur d'instants est une merveille de livre pour enfants, enfin soi-disant pour enfants, comme si on allait se priver de ce livre pour le laisser à nos seuls gamins ! Ecrit et illustré magistralement par Quint Buchholz, le livre est paru en 1997 en Allemagne puis en 1998 en France (Editions Milan). La traduction française est signée de Bernard Friot, autre grande plume de la littérature jeunesse.

C'est un livre poétique et délicat qui évoque l'imagination et la création artistique, l'amitié et le temps qui passe. Max, le peintre est un homme à la fois très présent et évanescent, qu'on ne saisit pas bien mais qui va pourtant bouleverser la vie du jeune narrateur, qui deviendra professeur de violon et à qui Max laissera un souvenir impérissable même s'ils ne se revoient jamais.

Le livre a inspiré un spectacle en 2008 mis en scène par Jacques Nichet : jetez donc un coup d'oeil sur cette vidéo You Tube.

Olivier Barrot a consacré son émission "Un livre, un jour" au "Collectionneur d'instants" (archives INA)

On peut également se faire une idée du travail de l'auteur en visitant le site qui lui est consacré. Le site est en allemand mais même si on ne parle pas cette langue on peut regarder sa galerie.

 

 

Commenter cet article