Nathanaël

Publié le par Le Point de Suspension

Nathanaël personnage de L'Homme au sable

Nathanaël est un étudiant allemand qui ne fera pas de vieux os. Dit ainsi c'est abrupt, le fait est que Nathanaël est le personnage principal d'une histoire aussi courte que sa courte vie.

 

 

De l'impact des contes de fées sur une vie d'enfant

Nathanaël est issu de la bourgeoisie et vit une enfance aisée auprès d'un père apparemment dans les affaires, d'une mère aimante et des petites soeurs (oui, c'est un peu vague mais elles n'ont pas beaucoup d'importance, les soeurs si bien qu'on ne sait combien elles sont). La famille vit paisiblement, Nathanaël et ses soeurs sont des enfants heureux semble-t-il. Une seule ombre au tableau : ils sont terrorisés par un vieil ami de leur père, Coppelius. Parfois il partage leur repas et Nathanaël le trouve répugnant.

Par ailleurs, le garçonnet est marqué par l'histoire du Marchand de sable : d'abord simple expression employée par sa mère pour signifier aux enfants qu'il est l'heure de se coucher, cette affaire de Marchand de sable prend des proportions terrifiantes quand la nourrice raconte à Nathanaël que ce fameux Marchand est un homme méchant qui jette du sable dans les yeux des enfants récalcitrants au moment d'aller se coucher. Quand les yeux ont jailli des orbites, le Marchand les récupère pour les donner à manger à ses propres enfants au bec crochu nichés dans le croissant de lune.Voilà les ingrédients qu'il faut pour enflammer l'imagination d'un enfant sensible et influençable. D'autant qu'un événement terrible survient lorsqu'il est âgé de 10 ans qui le convaint définitivement d'une chose : le Marchand de sable existe bel et bien, il l'a vu.

 

Du conte à la réalité ?

Une nuit, alors qu'il est âgé de dix ans, Nathanaël qui ne dort plus dans la chambre des enfants mais a désormais sa propre chambre à côté du bureau de son père, tente de surprendre le mystérieux individu qui rend visite à son père et qu'il nomme toujours le Marchand de sable. Il le guette et découvre que ce n'est autre que Coppelius, cet homme très laid et ricanant n'est autre que celui qui vient retrouver fréquemment le père de Nathanaël le soir dans son bureau au moment du coucher des enfants. Le soir où Nathanaël découvre que Coppelius est le mystérieux visiteur qu'il appelle le Marchand de sable son père meurt dans des conditions bizarres. Nathanaël assiste à la scène entre lui et Coppelius : les deux hommes semblent se livrer à des opérations alchimiques, ils se disputent, le père décède mais Nathanaël a t-il rêvé tout cela ? Qu'a-t-il vu exactement à travers sa terreur et sa panique ? Le fait est que Coppelius disparaît de la circulation.Ce qui est sûr c'est que le personnage imaginaire télescope Coppelius dans l'esprit du petit garçon qui prend le vieil avocat pour le méchant voleur d'yeux, l'assassin de son père et la source de ses déboires.

 

La vie aurait pu être douce...

Peu après la mort de son mari, la mère de Nathanaël recueille deux enfants, Clara et Lothar, des cousins éloignés orphelins. Lothar et Nathanaël nouent des liens fraternels mais plus tendres encore sont les sentiments que nourrissent Clara et Nathanël. Très attachés l'un à l'autre, ils se fiancent avant que Nathanaël quitte la maison pour aller faire des études de sciences à Göttingen. L'existence du jeune homme semble tracée : après ses études, il épousera Clara, aura des enfants, un travail. Une vie ordinaire et tranquille mais malheureusement Nathanaël va de nouveau croiser le chemin du Marchand de sable. Il est en effet durement ébranlé quand il pense reconnaître en Coppola, un marchand ambulant italien de produits d'optiques et de baromètres, le Coppelius de son enfance dans la ville où il étudie. L'étudiant a beau tenté de se persuader que ce n'est pas lui, son entourage a beau lui répéter qu'il s'agit de quelqu'un d'autre, il est nerveux et agité quand il rentre à la maison rendre visite à ses proches. Apparemment Nathanaël n'a pas oublié cette histoire qui est survenue dans son enfance paisible. Comment le pourrait-il d'ailleurs, son père est mort cette terrible nuit alors que Coppelius se trouvait dans la maison en train de traficoter des affaires louches ?

Nathanaël sombre dans des rêveries sombres et passe son temps à écrire des poèmes traduisant ses visions morbides et violentes. Clara ne parvient pas à le réconforter, ni à le distraire. On sent que son jeune ami est en train de perdre les pédales et de s'enfoncer dans ce qu'on appellerait aujourd'hui une dépression.Son bon sens et sa joie de vivre sont en train de s'éloigner dangereusement... Il est probable que le traumatisme de la mort brutale de son père ne soit pas surmonté chez Nathanaël et quand il va retourner à Göttingen, il va se mettre à dérailler de plus en plus le malheureux.

 

Le danger des longues-vues et de leur usage

Tout d'abord, sa chambre a brûlé. A son retour il s'installe grâce à l'aide de ses amis étudiants qui ont pu sauver ses affaires de l'incendie, dans une autre chambre située en face de chez son professeur de physique, Spalanzani. Bon, disons qu'il s'agit d'une coïncidence... L'étudiant aperçoit souvent par la fenêtre la fille du professeur Olimpia qui est d'une beauté extraordinaire mais tout à sa Clara, il n'en fait pas vraiment de cas. Mais, seconde coïncidence, Coppola lui force un peu la main pour lui vendre une longue-vue et Nathanaël se met à observer Olimpia, l'exquise demoiselle. Peu à peu, le jeune homme s'éprend de la belle. Plus que cela, il devient obsédé par elle, il est littéralement envoûté. Lui qui était déjà un peu tourneboulé, perd totalement l'esprit : Olimpia, Olimpia, Olimpia, plus rien n'existe au monde que cette femme qu'il finit par rencontrer, à qui il conte fleurette sans se rendre compte contrairement à tous ses amis que la jeune beauté possède l'intelligence d'une botte de radis, a la souplesse physique d'un bâton de majorette et la démarche gracieuse de Z-6PO le droïde doré de Star Wars. Nathanaël est tellement ébloui qu'il oublie Clara. L'amour pour Olimpia le poussera à commettre le pire. Un coup d'oeil dans la lorgnette et hop là ! Le Marchand de sable et ses instruments d'optique diaboliques attendent de ramasser les morceaux...

 

Les contes d'Hoffmann ne sont pas pour les enfants

Nathanaël est le jeune et pathétique personnage du récit intitulé Le Marchand de sable ou L'Homme au sable dans certaines traductions  (Der Sandmann, en allemand). Cette nouvelle fantastique terrifiante est publié par E.T.A.Hoffmann en 1817 dans un recueil de récits tout aussi glaçants : les Contes nocturnes (ou Tableaux nocturnes dans la traduction française Imprimerie Nationale Editions, 1999). Court mais terrifiant récit, L'Homme au sable a inspiré un ballet, Coppelia ou la fille aux yeux d'émail de Léo Delibes en 1870. Les nouvelles d'Hoffmann ont également inspiré Offenbach qui les adaptés à l'opéra sous le titre Les Contes d'Hoffmann.

 

 

 

Commenter cet article