Zeralda

Publié le par Le Point de Suspension

plat-cuisine.png

Zeralda, créatrice du menu où la choucroute garnie côtoie la dinde " jeune fille ", le pâté en croûte et les côtelettes dans un même repas, est un génie des fourneaux.

 

 

 

Une petite blondinette sage

C'est une fillette blonde qui vit avec son père, un brave fermier, dans une clairière au milieu d'une forêt.  Elle n'a pas de frère ni de soeur et on peut supposer que sa mère, dont la photo figure près du lit de son père avec un bandeau noir, est morte. Elle possède un petit compagnon, un chat noir, qui la suit souvent et s'intéresse à ses activités.

On ne sait pas trop qu'elle âge elle peut avoir. " A l'âge de 6 ans, elle savait déjà faire cuire friture et rôti,... " mais cela ne veut pas dire qu'elle a exactement 6 ans au moment où elle va vivre une aventure qui va bouleverser sa vie. Elle peut très bien être un peu plus âgée et savoir cuisiner depuis son plus jeune âge. En tout cas, c'est une petite fille assez âgée pour aider son père à la ferme et le remplacer au besoin pour aller seule au marché vendre leurs produits.  Avec son fichu et son tablier, elle ressemble tout à fait à une petite bonne femme au visage rond. Toutefois elle est assez jeune pour tenter l'ogre local, mangeur d'enfants et semeur de désordre, qui la guette sur le chemin de la ville.

Au coeur en passant par le ventre

Zeralda a très bon coeur et elle aime cuisiner. Aussi, elle n'hésite pas à aider et à nourrir le géant qui s'est blessé accidentellement en voulant l'attraper. La fillette n'a pas compris qu'il voulait la dévorer et, prise de pitié pour ce pauvre ogre affamé, elle oublie toute prudence pour rendre simplement service à un homme qu'elle pense malheureux. Non seulement Zeralda aime faire la cuisine, mais elle est un véritable chef qui met tout son coeur et son savoir-faire dans ses plats. C'est ainsi qu'elle séduit l'ogre en le touchant directement à l'estomac, sa principale préoccupation, et lui fait oublier grâce à ses raffinements culinaires qu'il aimait seulement manger des enfants (dont la pénurie l'avait obligé au végétarisme).

Grâce à l'ogre, cet affreux bonhomme poilu, méchant, sanguinaire et perpétuellement de mauvaise humeur, Zeralda réalise pleinement sa vocation. Bien sûr lui ne voit que son intérêt quand il lui propose un boulot de cuistot dans son château mais l'enfant, elle, peut développer à loisirs ses expériences culinaires, devenir une magicienne des saveurs et un inventeur de nouvelles recettes qui réjouissent tellement tous les ogres des environs qu'ils abandonnent l'idée de dévorer des petits humains. Zeralda, par l'alchimie issue de ses casseroles et de sa créativité, réussit le tour de force de débarrasser le pays de la hantise de voir ses gosses enlevés et mangés par les ogres. De nouveau les parents respirent et laissent leurs enfants aller et venir à leur guise sans avoir besoin de les cacher.

Ils se marièrent et... s'entre-dévorèrent ?

Il n'est pas dit si les gosses furent reconnaissant à la petite Zeralda et sa seringue à piston de les avoir libérés mais elle  est récompensé plus tard de ses bonnes actions : devenue une jolie jeune femme, elle épouse son patron lequel, bien nourri, récuré et aimé, s'arrange jusqu'à devenir un mari acceptable qui lui donne plein d'enfants.

La blonde et mignonne Zeralda aura tenté de nous prouver que sa douceur, sa gentillesse, son sourire, sa capacité à materner, peuvent combattre efficacement la violence et que la gastronomie peut transformer un cannibale affreux et terrifiant en bon mari. Elle nous aura aussi montré, par sa passion à préparer des mets succulents, que la gourmandise n'est pas un défaut, ni un péché et qu'on peut être heureux grâce à un excellent repas surtout s'il est partagé. Au lecteur de voir s'il partage cet opinion.

Zeralda est l'héroïne imaginée par Tomi Ungerer dans son album Le Géant de Zeralda publié en 1971 par L'Ecole des Loisirs et devenu un des classiques de la littérature enfantine. Ce livre dont l'action se déroule dans un lieu indéterminé que nous nommerons "espace germanique" (l'Alsace natale de Ungerer ?) à une époque peu précise (le XVIème siècle ?) est un faux conte de fées. Il a toutes les apparences du conte merveilleux avec son " il était une fois ", ses vilains ogres mangeurs de chair fraîche, les épreuves subies par l'héroïne pour devenir adulte, son heureux dénouement du genre " ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants ". Sauf que le héros n'a rien d'un prince charmant avec son gros pif d'alcoolo et son couteau taché de sang de moufflet. Sauf qu'il n'est pas sûr du tout que le mariage de Zeralda et son ogre soit si heureux que cela : " on peut penser que leur vie fut heureuse ", cette petite phrase de l'auteur qui ne semble certain de rien lui-même met un bémol au bonheur... Enfin, sur le portrait de la famille à la fin du livre, un des garçonnets de Zeralda tient des couverts à la main, ce qui laisse planer une ambiguité : deviendra-t-il un gentil fin gourmet ou un vilain géant mangeur de petits humains ? Il a l'air en tout cas bigrement intéressé par son tout-petit frère... Pas sûr donc que tout se termine bien et que la région soit pacifiée définitivement.

 

 

 

 
 

Commenter cet article